TRANSCARE

Image

Welcome !

Tu tiens entre les mains un ami précieux pour une opération réussie ! Le choix de se faire opérer n’est pas toujours facile à faire: il peut être ressenti comme une urgence, s’accompagner d’impatience, être source de stress, générer des appréhensions. Quels que soient nos parcours, c’est de toute façon un moment important qui détermine pour beaucoup d’entre nous un «avant» et un «après». Être accompagné-e dans ces moments par des proches et recevoir des conseils de personnes qui ont déjà ce vécu peut contribuer à rendre ce moment paisible, joyeux, wonderful…
Prendre soin de soi à ce moment particulier est donc important: prendre le temps de profiter, se faire chouchouter, kiffer son nouveau corps… Certains soins sont prescrits par les médecins mais nous pouvons faire encore mieux pour bichonner nos corps: c’est pourquoi nous avons eu envie de traduire cette brochure qui va plus loin qu’une approche médicale «traditionnelle». Et c’est aussi parce que les institutions médicales ne sont pas toujours transfriendly et pas plus expertes que nous en ce qui concerne nos corps que nous avons décidé de faire plus pour notre santé et d’avoir recours à des médecines dites alternatives : à nous de prendre en main notre santé, seul-e ou à plusieurs, de s’informer et de diffuser cette information.
Parce que cette brochure a été écrite/traduite par des trans pour des trans, nous avons souhaité inclure au maximum toutes les identités possibles. C’est la raison pour laquelle nous avons decidé d’avoir recours à une écriture féministe (é-e). Par ailleurs si ce texte a été écrit pour des personnes ayant recours à une torsoplastie, certains conseils peuvent s’appliquer à tout type d’opération.
Cette brochure a été écrite par Jacoby Ballard, herboriste et professeur de yoga qui travaille au centre de santé communautaire Third Root à Brooklyn. Transcare a ensuite été traduite par le collectif TRNSlation.
Nous avons decidé de traduire ce texte en gardant la parole à la première personne de Jacoby Ballard et certains paragraphes en particulier reflètent donc son propre discours. Enfin, cette brochure étant traduite de l’américain, il est possible que certains conseils se réfèrent à des réalités plus spécifiquement américaines.
Bonne lecture.

trnslation
www.thirdroot.org

                                                                                                                                                                      TRANSCARE

Tout d’abord: félicitations !! La chirurgie peut être un moment merveilleux, intense, triste et bien d’autres choses encore. Une grande ou une petite décision en fonction de ton parcours. Quoi qu’il en soit, ce moment va améliorer ta façon de vivre et ta perception du monde.
Une bonne préparation corporelle avant l’opération, ainsi qu’un bon programme post-opératoire, seront déterminants pour accélérer ton rétablissement. Ton corps a la capacité de guérir seul, mais ses forces vitales de récupération nécessitent une aide nutritionnelle spécifique. Une convalescence rapide demande une alimentation plus nutritive 1 que ton régime habituel.
Tu es ton propre guérisseur. Tu as besoin de discipline, d’organisation et d’engagement personnel pour guérir et te sentir bien.

PROTOCOLE PRE-OP

Une approche via la médecine holistique 2 augmente la capacité de ton corps à guérir.
La plupart des herbes et des suppléments suivants permettent généralement de rendre ton corps plus fort, de lui fournir davantage de vitamines et de nutriments 1. De cette manière, ton corps aura une base physiologique solide et saine pour sa convalescence. C’est pour cette raison que les herbes et suppléments qui boostent ton système immunitaire seront d’une grande aide. De même pour la nourriture et les herbes qui nettoient le corps pour qu’il soit le plus riche possible en nutriments.
Tu trouveras la plupart de ces suppléments et herbes dans des boutiques bios. Comme tout le monde n’est pas habitué à ces suppléments, le dosage et la façon de les prendre seront précisés pour chacun d’eux.
La liste est longue mais il n’est pas nécessaire de tout prendre. Ce sont juste des aides pour ton corps ; quelle que soit la quantité, il te remerciera.
Les herbes et suppléments mentionnés aideront à cicatriser, à améliorer tes défenses immunitaires, à réduire les inflammations, à éviter les infections ou septicémies 3, et beaucoup d’autres processus qui jouent un rôle dans la convalescence.

Concernant les médicaments que vous prescrit le/la chirurgien-ne
En règle générale, je n’utilise pas de produits pharmaceutiques et je suis très scrupuleux quant aux substances que j’introduis dans mon corps. Les produits que l’on risque de t’administrer de force pendant l’opération sont déjà une quantité énorme de produits chimiques nocifs pour le corps, je pense qu’il n’est pas nécessaire d’en prendre encore, il va au contraire falloir les éliminer. Mais je veux aussi pouvoir en prendre si j’en ai vraiment besoin. Le/la chirurgien-ne va te prescrire des antibiotiques, des somnifères, des anti-douleurs et des anti-nauséeux. Comme l’ordonnance n’explique pas à quoi servent ces médicaments aux noms imprononçables, n’hésite pas à demander ! De plus, ils peuvent être très chers, et autant dire tout de suite que tu n’auras pas besoin de tout. Personnellement, je ne me sers pas des somnifères mais ça dépend des individu- e-s : si tu as des problèmes à t’endormir, tu peux les prendre ou bien essayer une teinture ou un thé (j’en parle plus loin). Je n’ai pas non plus besoin du médicament contre la nausée prescrit pour après l’opération (j’ai été obligé d’en prendre un avant) : une bonne alimentation et des herbes peuvent soulager ton estomac après la chirurgie (voir la section post-op).
Selon le type de chirurgie que tu auras, ta propre capacité à récupérer et comment tu prends soin de toi avant et après l’opé, ton corps se remettra merveilleusement de lui-même. J’ai essayé de couvrir la plupart des questions que j’ai jugées utiles mais n’hésite pas à me dire s’il y a des choses que je n’ai pas prises en compte pour que je puisse mettre à jour et améliorer cette brochure !!

Accessoires et bonnes pratiques : conseils pour une convalescence fabuleuse

Voici quelques conseils pour que le repos post-op se passe au mieux pour toi. De manière générale, l’idée est de ne pas trop solliciter ton corps, en particulier les endroits où se trouvent les points de suture 4. Ces conseils peuvent s’appliquer à toute opération (torsoplastie, hystérectomie…). Repose-toi et limite tes mouvements.
Il est préférable par exemple d’éviter de :
se pencher en avant (il vaut mieux plier les genoux et garder le dos droit) ;
d’attraper des objets en hauteur, de t’étirer et de faire tout mouvement qui risque d’étendre ou déchirer tes sutures. Avant l’opération, prévois de descendre TOUS les objets et ustensiles dont tu pourrais avoir besoin dans les deux mois à venir. Bols, assiettes, papier toilette, serviettes, vêtements, absolument tout ! Deux semaines avant l’opération, commence à réfléchir à tout ce que tu utilises : si certains objets utiles sont placés en hauteur, redescends-les.
si tu sais qu’il risque de faire chaud au moment de ton opération, tu peux éventuellement demander, en avance, à ton chirurgien de te prescrire deux gilets compressifs 5. De cette manière, tu pourras en porter un pendant que tu laveras l’autre.
en cas d’allergie au gilet compressif 5, porte un maillot de corps en dessous.
Un baluchon au top pour une convalescence merveilleuse

Hauts à boutons (chemise par exemple)
Pailles : pour boire avec élégance !
Gant de toilette et un objet qui te permettra de te laver le dos
(éponge longue…), ou la main de quelqu’un-e !
Films et DVDs
Chaussures sans lacets : tu peux sortir les scratchs !
Pantalons confortables et amples.

 

A prendre la semaine précédant l’opération

– Suppléments :
Bromélaïne  : 750mg/jour à jeun. La bromélaïne est un anti-inflammatoire naturel, qui permettra à ton corps de ne pas gonfler pendant et après l’opération.
Chlorella : 15 comprimés/jour (4-6g/jour – 1/2hr avant le repas). La chlorella est une algue verte riche en protéines de haute qualité, en vitamine B et en oxygène. La vitamine B va permettre à ton corps de gérer le stress plus facilement. Les protéines sont importantes car l’anesthésie peut réduire la capacité de ton corps à les absorber, ton corps en a donc plus besoin.
Coenzyme Q10 : 120mg/jour. Le CoQ10 est un puissant anti-oxydant 6, qui élimine du corps les radicaux libres qui sont nocifs pour lui. Le CoQ10 est une substance nécessaire à la production d’ATP, la molécule majeure pour le développement de nos cellules. Elle renforce le système immunitaire.
Vitamine K : pour la coagulation sanguine. Les sources de vitamine K sont les légumes verts (particulièrement les plus foncés comme les épinards, brocolis et asperges), les pousses de luzerne, la mélasse et à moindre degré l’huile de soja et de canola. Associer des probiotiques 7 à ton alimentation est également une des meilleurs façons de synthétiser de la vitamine K dans ton corps.
Probiotiques : 1/2 cuillères à café/jour pendant la semaine avant l’opération. Quand tu commenceras à prendre tes antibiotiques, continue à prendre les probiotiques, mais fais attention à espacer la prise d’antiobiotiques et de probiotiques de 2 heures. Les probiotiques contiennent de l’acidophilus ainsi que du bifidus (et des milliers d’autres souches). Ce sont des bactéries aux effets bénéfiques qui sont tuées par les antibiotiques que ton chirurgien te prescrit. Les probiotiques établissent les fondations de ton système immunitaire et digestif et sont présents dans des produits fermentés.
Quercétine : 250mg/jour. Afin de réduire l’inflammation.
– Herbes :
Pour les thés, prendre ces herbes ”en vrac”, de cette façon tu pourras les combiner pour des formules et usages spécifiques. Tu pourras les trouver dans le rayons « herboristerie » des magasins bios.
Arnica Montana (Arnica des montagnes): formule homéopathique. Prendre une dose le jour qui précède l’opération (ne pas toucher les comprimés!). L’Arnica, pris en usage interne, va permettre de réduire les gonflements après l’opération. L’Arnica Montana dissipe les douleurs à la suite d’accident et de blessures, et aide à accélérer la guérison.
Gotu kola : en thé. Une cuillère à café de Gotu Kola pour 1 verre ½ d’eau. Le Gotu Kola accélère le rétablissement des lésions nerveuses et aide à produire du collagène.
Baies d’aubépine (cenelle), baies de genièvre, cynorhodon séché (églantier) : Excellente source de bioflavonoïdes et de vitamine C. En décoction8 : chauffer 2 cuillères à café de ces herbes dans 2 verres d’eau portée à ébullition lente pendant 5 à 10 minutes. Egoutter et boire.
Teinture de reine-des-prés : herbe anti-inflammatoire. Sous le coup de l’opération, ton corps va gonfler. L’inflammation due à l’opération en elle-même n’est pas mauvaise en soi ; c’est surtout le signe que ton corps est sous tension. Cependant, pour une personne trans qui vient juste de se faire opérer, l’inflammation et les gonflements peuvent être inquiétants. La reine-des-prés peut réduire cette inflammation. Prendre une goutte par jour la semaine précédant l’opération.
– Nourriture :
Nourriture riche en bioflavonoïdes : les bioflavonoïdes, qui font partie de la famille de la vitamine C, sont particulièrement bénéfiques à la préparation du corps pour l’opération. Ils empêchent le raidissement des artères et augmentent la force des vaisseaux sanguins, des capillaires, et des veines. Ils protègent l’intégralité des tissus conjonctifs, contrôlent la formation d’hématomes et les saignements internes. Les bioflavonoïdes sont anti-microbiens, efficaces contre les infections et les inflammations. Une étude majeure a montré que les bioflavonoïdes, quand ils sont associés à des enzymes et de la vitamine C, sont aussi efficaces que des prescriptions médicamenteuses anti-inflammatoires et qu’ils sont efficaces contre les gonflements. Le supplément le plus riche en bioflavonoïdes est la quercétine. Les sources alimentaires de bioflavonoïdes sont : les myrtilles, les airelles, les cerises, le curcuma, le gingembre, la luzerne, la partie blanche des agrumes, et les baies d’aubépine et de genièvre.
Nourriture fermentée : toutes les nourritures fermentées le sont par les mêmes bactéries bénéfiques à votre corps. Les nourritures probiotiques habituelles sont le miso, le yaourt, le kefir, la choucroute et le Kombucha. Tous ces aliment sont utiles, seulement fais bien attention à ce qu’ils ne soient pas pasteurisés. Qui dit pasteurisation dit chaleur, qui élimine tout ce qui est probiotique. Tout ce qui peut rester sur une étagère pendant des mois sans aller au frigo est pasteurisé.

Remarque : tu n’es pas obligé d’utiliser tous ces compléments et herbes, mais fais en sorte de prendre au moins une source anti-inflammatoire, de vitamine C, de probiotiques, de bioflavonoïdes et de vitamine K.
Immédiatement avant l’opération : prends 8-10 gouttes ou une pincée de poudre de gingembre dans de l’eau, afin d’éviter les nausées post-opération.
Ne mange pas d’ail 2-3 jours avant l’opération car il fluidifie le sang.

PROTOCOLE POST-OP

Dans le cadre d’une opération, l’approche de la médecine holistique 2 est d’apporter un environnement favorable à la guérison, en prenant en compte les capacités thérapeutiques naturelles de votre corps. La cicatrisation peut durer des mois, et être hétérogène suivant les zones, c’est normal donc pas de stress.

– Repos :
Ne reprends pas trop vite ton rythme de vie comme si rien ne s’était passé. Ta vie va changer après cette expérience. Même si, en apparence, rien n’a changé, tu auras besoin de t’habituer à cette nouvelle vie. L’opération est un processus stressant pour le corps. Prends soin de toi. Mange sainement. Prends le temps de respirer, de vivre de nouvelles expériences (sentir les textures, les arômes, apprécier les couleurs). Prends ton temps. Garde en tête ta priorité principale : ta guérison. Le bien-être est à la fois un choix et une démarche.
N’hésite pas à laisser ton entourage prendre soin de toi : t’aider à attraper des choses, faire des courses, faire des lessives, cuisiner…
–  Nourriture :
De manière générale, veille à ce que ton  alimentation aide ton système immunitaire : pauvre en sucre et riche en beta carotène. Comme tu vas prendre des médicaments, assure-toi d’apporter régulièrement de la nourriture à ton organisme.
De manière plus globale, il est recommandé de manger équilibré et varié.
Quelques aliments recommandés :
Bouillon de légumes variés : pour le potassium
Salade verte : quotidiennement pour toutes ses substances nutritives accessibles.
Boisson protéinée : absorber quotidiennement des protéines aide le corps à se reconstruire. Utilise des protéines de chanvre ou de petit-lait (lactosérum) disponibles dans des magasins de nourriture bio.
Sushi et légumes de mer : quotidiennement pour la vitamine B12 et pour aider à la croissance des nouvelles cellules.
Yaourt, noix, bananes. faciles à manger et riches en énergie !
Nourriture fermentée : pour les probiotiques.
Eau : bois beaucoup, beaucoup d’eau. Cela va t’aider à évacuer l’anesthésie et accélérera ta convalescence.
– Suppléments :
Bromélaïne : 1500mg + 500mg de quercétine tous les jours afin d’aider à une bonne cicatrisation, résorber les hématomes et réduire la douleur.
Huile d’onagre (primevère) ou de graine de lin : Pour les acides gras essentiels qui reconstruisent et nourrissent la peau post-op.
– Herbes :
Plaies et Hématomes :
Huile ou gel d’arnica : après cicatrisation des plaies, applique de l’huile d’arnica abondamment et quotidiennement afin d’absorber les enflures et les bleus.
Comprimés d’arnica: prendre un dosage de 30C après l’opération. L’arnica va réduire les enflures et les bleus, ainsi qu’apporter un peu de soulagement et accélérer la guérison.
Huile de cyprès : peut être difficile à trouver! Mais c’est un antifongique, antiseptique, et un antibiotique qui résorbe les bleus et facilite la guérison. Et qui sent bon aussi !
Pour les nausées :
Gingembre : ½ pouce (1,3cm) de gingembre fraîchement râpé dans 2 verres d’eau, à faire bouillir pendant 10 minutes. Adoucira l’estomac.
Menthe poivrée : faire tremper une cuillère à soupe (ou un sac de thé) dans un verre d’eau. Adoucira l’estomac et dissipera les gonflements.
Thés apaisants et salutaires :
Thé pour s’endormir : de pavot de Californie, de passiflore, fétu d’avoine, camomille. Sédatifs légers relaxants qui nourrissent votre système nerveux pour que vous puissiez dormir.
Gotu Kola, Sencha, fétu d’avoine : l’endroit opéré sera insensible pendant des mois après l’opération. Le Gotu Kola agit rapidement pour réparer les dommages nerveux, diminuer l’engourdissement, et développer la synthèse de collagène. Le Sencha est le thé vert le plus anti-oxydant, car il est le moins cuit. Le fétu d’avoine aide à réparer le système squelettique et musculaire.
Ortie, trèfle violet et thé au calendula : afin de réduire les cicatrices, et accroître le système immunitaire.
Baies d’aubépine (cenelle), baies de genièvre, cynorhodon (rosehip tea) : pour les bioflavonoïdes et facultés anti-oxydantes. A préparer de la même façon que dans la section pré-op.
– Cicatrisation et dégâts sur les nerfs :
Ton système nerveux sera potentiellement endommagé durant l’opération, mais il n’y a pas à s’inquiéter, ton corps va récupérer : après l’opération, pendant la convalescence, les nerfs seront traumatisés, et il faudra peut-être 2 ans (ou plus) avant que tu ne retrouves des sensations. Une sensation de piqûre d’aiguilles à l’endroit de l’opération est normale – ce sont les nerfs qui se reconnectent entre eux.
Huile de Gotu Kola : la partie du corps opérée sera engourdie, insensible, pendant des mois après l’opération. L’huile de Gotu Kola va aider à diminuer les cicatrices et à désintégrer les tissus cicatriciels. Après la cicatrisation, masser les cicatrices quotidiennement avec de l’huile de Gotu Kola.
Millepertuis : pour diminuer les cicatrices et réparer le système nerveux.
Crème tamanu : pour diminuer les cicatrices.
–  Nettoyer :
Après l’opération, il est important de nettoyer soigneusement le corps pour créer les conditions de guérison maximales.
Thé de bardane, patience sauvage, et pissenlit officinal : aident à nourrir et nettoyer le foie (qui lui-même filtre le sang circulant dans tout le corps, permettant de fournir nutriments et oxygène, et d’évacuer le dioxyde de carbone et les déchets).
Graines de Chardon-Marie : écraser les graines et les mélanger avec des smoothies, yaourts, ou dans de la nourriture déjà cuite.
Teinture de Chardon-Marie : le Chardon-Marie est soluble dans de l’alcool, donc c’est une très bonne façon de bien nettoyer son foie. Mélanger une goutte de teinture dans de l’eau, et prendre deux fois par jour pendant deux semaines après l’opération.
Champignon reishi : un champignon très efficace pour rebooster le système immunitaire. Il débarrasse le corps des toxines (telles que les médicaments ou l’anesthésiant) et lui redonne du tonus.
– En cas d’hématome profond sur l’os :
Huile de consoude : connue comme ”couturière des os”, elle répare les os, ligaments, tendons, cartilages.
– Pour empêcher les infections :
Millefeuille  : en thé, une cuillère à café dans un verre d’eau. En teinture, mettre une seule goutte dans un verre d’eau. 2 fois par jour, une semaine après l’opération.
Hydraste du Canada : en teinture, une goutte une fois par jour pendant une semaine. Ne pas le prendre plus d’une semaine car, prise trop longtemps, elle peut devenir toxique.

POUR LES PROCHES

Vous êtes là et c’est déjà beaucoup. Mais pour que les moments avant et après l’opération se passent au mieux pour votre ami-e, enfant, amant-e ou peluche, voici quelques conseils !! Et n’hésitez pas à solliciter des relais : ces moments pré- et post-op, ainsi que l’attente lors de l’opération, ne seront pas forcément faciles à gérer tout-e seul-e.

Avant l’opération, vous pouvez :
faire preuve de beaucoup d’amour et de soutien – Ne soyez pas avares en câlins avant l’opération, parce qu’après, ça risque d’être compliqué pendant un certain temps !
permettre à la personne que vous accompagnez de s’exprimer librement (peurs, attentes…)
rassembler ensemble toutes les informations utiles sur l’endroit où il/elle ira se faire opérer (moyens de transport, itinéraire jusqu’à la clinique, l’hôtel…) l’aider dans les démarches administratives et poser ensemble les bonnes questions au chirurgien être là le jour de l’opération
Et pourquoi pas : un petit shopping ou un évènement pour marquer un nouveau départ ? Des kits contenant des magazines, mots croisés, en-cas et autres gadgets seront également bienvenus !

Après l’opération, vous pouvez :
faire preuve de toujours plus d’amour !
le/la rassurer : le corps va vivre sa petite vie après l’opération. C’est normal d’avoir mal et de se plaindre.
faire ce que vous pouvez pour l’aider : faire ses lacets, ouvrir les portes, le/la nourrir, apporter de l’eau, l’aider à se mettre debout, à s’asseoir aux toilettes, à faire sa toilette, placer des oreillers pour le/la soutenir, etc.
l’aider si besoin dans l’organisation de ses soins post-opératoires (médicaments, drains 9 …) l’accompagner aux rendez-vous médicaux suivants être à l’écoute s’il/elle a besoin de quelque chose.

GLOSSAIRE
1 Nutriments : ou éléments nutritifs. Ce sont des composants élémentaires procurés par l’alimentation une fois la digestion faite. Ce sont par exemple les glucides (sucres), les lipides (corps gras), les protéines (constituées d’acides aminés : l’immense majorité des fonctions cellulaires sont assurées par des protéines) , les vitamines (substances indispensables, en très petites doses, au bon fonctionnement de l’organisme, et dont il ne peut assurer la synthèse lui-même).
2 Médecine holistique : c’est une pratique visant à traiter la personne de façon globale (le corps et l’esprit) et non pas seulement l’organe ou la fonction affectée par les symptômes.
3 Septicémie : ou intoxication du sang. Une septicémie est une infection généralisée de l’organisme, due à des micro-organismes pathogènes de type bactérien. La septicémie apparaît suite à une primo-infection non ou mal soignée. Des bactéries se déchargent alors régulièrement dans le sang à partir du foyer infectieux.
4 Points de suture : un point de suture permet de fermer une plaie profonde en rapprochant les deux bords d’une plaie. Il existe de nombreuses techniques pour coudre la plaie ou l’agrafer, de même que certains fils doivent être enlevés et que d’autres se résorbent d’eux-mêmes dans les tissus.
5 Gilets compressifs : ou boléro. Ce sont des sortes de binder post-op à porter environ un mois après pour que la peau se plaque bien aux tissus. Dans certains cas, il est fourni par la clinique ; dans d’autres, il te faudra l’acheter.
6 Anti-oxydants : nutriments qui diminuent l’oxydation d’autres substances chimiques et qui protègent l’organisme contre les dommages causés par les radicaux libres.  Ces derniers, naturellement présents dans l’organisme, sont parfois fabriquées en excès par nos cellules et peuvent engendrer le vieillissement prématuré des cellules et le développement de certaines maladies.
7 Probiotiques : micro-organismes vi-vants, bactéries ou levures, naturellement présents dans l’organisme, notamment dans la flore intestinale. Leur absorption par voie orale, sous forme de compléments alimentaires ou directement dans les aliments, stimule la croissance de bactéries utiles pour exercer un effet bénéfique sur la santé.
8 Décoction : faire bouillir et infuser des préparations végétales (racines, graines, écorce, bois) dans un liquide pour en retirer les principes actifs.
9 Drains : le drainage postopératoire a pour but d’évacuer les liquides sécrétés par l’organisme et le sang qui se sont épanchés au cours et après certaines interventions, dans les zones où a eu lieu l’opération. La récupération des liquides qui sortent à l’extrémité externe du drain se fait dans une poche ou un flacon.

Advertisements